Immobilier en décembre 2015 – croissance soutenue.

Les ventes augmentent.

croissanceSelon les statistiques de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), les ventes résidentielles ont augmenté de 11 % en décembre 2015, par rapport à la même période l’an dernier. Une hausse largement attribuable aux ventes de copropriétés.

«Il s’agit d’une dixième augmentation mensuelle consécutive et du mois de décembre le plus actif depuis 4 ans», souligne la Chambre immobilière du Grand Montréal par voie de communiqué.

Les ventes de copropriétés ont connu une hausse de +14 %, alors que les transactions pour les résidences unifamiliales et les «plex» [2 à 5 logements] ont augmenté respectivement de +10 % et +4 %, comparés à décembre 2014.

La Rive-Sud de Montréal sort grande gagnante de cette tendance, avec une croissance des ventes de +22 %, toutes catégories d’habitation confondues. Laval et l’île de Montréal suivent avec +15 % et +12 %, tour à tour.

Les prix augmentent aussi.

Le prix médian des trois catégories étudiées par la CIGM est également plus élevé que l’an dernier. Les unifamiliales affichent une hausse de +4 %, à 295 000 $. Les condos, enregistrent quant à eux une augmentation de +2 %, avec un prix médian de 240 000 $. Le prix médian des «plex» augmente aussi, de +1 %, pour atteindre 450 000 $.

Nombre de propriétés à vendre en baisse.

Le nombre d’inscriptions en vigueur sur le système Centris, chiffré à 29 480, est en recul de -3%. «L’augmentation soutenue de la demande de maisons unifamiliales, conjuguée au repli de l’offre depuis quelques mois, fait en sorte que les conditions du marché redeviennent à l’avantage des vendeurs dans plusieurs quartiers de l’île de Montréal», a déclaré Daniel Dagenais, président du CA de la Chambre immobilière du Grand Montréal.

Source : www.lesaffaires.com

Le baromètre du marché résidentiel. 1-er trimestre 2015.

Troisième hausse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles au Québec

Graph of housing marketLors du premier trimestre de 2015, 18 893 propriétés résidentielles ont été vendues au Québec par l’entremise du système Centris® des courtiers immobiliers, soit une hausse de 3 % par rapport à la même période l’année précédente. Il s’agissait de la troisième hausse trimestrielle consécutive à ce chapitre et du nombre de transactions le plus élevé pour un premier trimestre depuis 2012.
Par catégorie de propriétés, l’unifamiliale et la copropriété ont chacune affiché des hausses de ventes, de l’ordre de 4% et de 2% respectivement, alors que le nombre de transactions de plex de deux à cinq logements s’est replié de 4%.
De manière générale, les conditions du marché se sont beaucoup détendues depuis 2012, de sorte que la majorité des marchés immobiliers de la province avantagent les acheteurs depuis quelques trimestres. L’augmentation des ventes observées au premier trimestre de 2015, jumelée à une croissance plus modérée
de l’offre, a toutefois interrompu — et même inversé dans certains cas — la tendance à la hausse du nombre de mois d’inventaire.
Le temps nécessaire pour vendre une maison a augmenté pour la majorité des marchés de la province au premier trimestre de 2015. Il fallait compter en moyenne 118 jours pour qu’une unifamiliale trouve preneur, soit environ six jours de plus que lors du premier trimestre de 2014, et 135 jours pour une copropriété, soit quatre jours de plus.

La copropriété en tête au chapitre de la hausse des prix

 Au premier trimestre de 2015, malgré des conditions de marché à l’avantage des acheteurs, le prix médian des copropriétés a progressé de 4% dans l’ensemble de la RMR de Montréal, pour s’établir à 232 903 $. Il s’agit de la hausse la plus vigoureuse parmi les trois catégories de propriétés. Cette situation s’explique, en partie, par la forte augmentation des copropriétés vendues à un prix supérieur à 400 000 $. On compte notamment 78 copropriétés vendues dans la gamme de prix de 500 000 $ à 600 000 $, soit une hausse de 32% par rapport au premier trimestre de 2014.
Pour l’unifamiliale et le plex, la hausse du prix médian a été de l’ordre de 2% dans la RMR de Montréal au premier trimestre de 2015. Ainsi, la moitié des maisons unifamiliales se sont vendues à un prix supérieur à 280 965 $, alors que le prix médian des plex était de 435 000 $.

 Lire le rapport complet : http://www.fciq.ca

Duplex à Montréal. VENDU / SOLD

This slideshow requires JavaScript.

6435-6437 Boul. Langelier, Mercier/Hochelaga-Maisonneuve (Montréal), H1M 2C1

Spacieux duplex (trois unités) à distance de marche de Galeries d’Anjou et de métro Langelier. 2 grands 5 1/2 avec 3 chambres à coucher + 3 1/2 à aire ouverte au sous-sol. Garage double en tandem. Plusieurs rénovations: revêtement du toit 2011, fenêtres 2007, portes 2007. Chauffage électrique RDC et sous-sol 2011. Possibilité de double occupation.

Spacious duplex (3 units) 10min of Galeries d’Anjou and metro station Langelier: 2 large 5 1/2 with 3 bedrooms + big 3 1/2 in the basement. Garage in tandem. Renovations: roof 2011, windows 2007, doors 2007. Electric heating 1st floor and basement in 2011. Possibility of double occupancy.

Crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation

homecanadaDans le cadre du Plan d’action économique du Canada, le gouvernement fédéral a instauré le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation pour aider les Canadiennes et les Canadiens à défrayer un tel achat. Ce crédit d’impôt aide à payer les frais associés à l’achat d’une maison, tels que les frais juridiques, les décaissements et les taxes sur les transferts fonciers, qui représentent un fardeau particulier pour les nouveaux propriétaires, lesquels doivent également économiser pour pouvoir faire le versement initial. Le crédit d’impôt non remboursable de 5 000 $, accordé aux propriétaires d’habitations admissibles acquises après le 27 janvier 2009, offre un allègement d’impôt fédéral qui peut atteindre 750 $.

Pour plus de détails visitez les sites :

http://www.actionplan.gc.ca/fr (Fr) et http://www.actionplan.gc.ca/en (Eng)

ou faites appel à votre courtier immobilier hypothécaire.

Baromètre du marché résidentiel – Montréal 2014.

bar_mlsSelon les données statistiques de Centris® 35 764 ventes de propriétés résidentielles ont été réalisées au cours de l’année 2014 par l’entremise des courtiers immobiliers dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, soit une légère diminution de 2 %. Il s’agissait d’une quatrième baisse annuelle consécutive du nombre de ventes. Géographiquement, chacun des grands secteurs de la région a affiché une diminution des ventes en 2014, soit de 1 % pour l’île de Montréal, Laval et Vaudreuil-Soulanges, de 3 % pour la Rive-Nord et de 4 % pour la Rive-Sud.

Du côté de l’offre, le nombre de propriétés résidentielles à vendre a poursuivi sa progression en 2014 dans la RMR de Montréal. Le nombre d’inscriptions en vigueur y a en effet augmenté de 9 %, pour une moyenne de 33 313 propriétés à vendre.

Pour l’ensemble de la RMR, tant l’unifamiliale que la copropriété et les plex ont présenté un ralentissement des ventes en 2014. C’est pour la copropriété que la diminution a été la plus importante, soit de l’ordre de 3 %, alors que la baisse s’est limitée à 2 % pour les plex et à 1 % pour l’unifamiliale.

Quatrième trimestre : le meilleur de 2014

La deuxième moitié de l’année 2014 a été beaucoup plus dynamique que la première, avec à la fois des hausses au niveau des ventes et des croissances plus soutenues au niveau des prix. Au quatrième trimestre de 2014, quelque 7 410 ventes résidentielles ont été réalisées dans la RMR de Montréal, soit une hausse de 2 % par rapport au dernier trimestre de 2013 et une deuxième hausse trimestrielle consécutive.

Alors que chacune des trois catégories de propriétés a affiché une progression du nombre de ventes, les plex se sont particulièrement démarqués avec un bond de 10 % lors des mois d’octobre à décembre 2014. Les unifamiliales et les copropriétés ont toutes les deux vu leur nombre de transactions augmenter de 1 %.

La croissance des prix était aussi plus solide que celles observées lors des trimestres précédents. Au quatrième trimestre de 2014, les prix médians ont progressé de 2 % pour les unifamiliales et les copropriétés, et de 3 % pour les plex à l’échelle de la RMR, par rapport au dernier trimestre de 2013.

Lire le rapport complet : http://www.fciq.ca/