Marché immobilier montréalais. Premier trimestre 2014.

croissanceSelon la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers, 9 623 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du premier trimestre de 2014 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, soit une baisse de 3 % par rapport aux trois premiers mois de 2013. Il s’agit d’une deuxième baisse trimestrielle consécutive et de la sixième baisse au cours des sept derniers trimestres. Il s’agit aussi du nombre de transactions le plus bas pour cette période depuis 2009.

De manière générale, le contexte économique était toujours favorable au marché immobilier résidentiel. Les taux hypothécaires sont demeurés à un creux historique et le resteront pour plusieurs mois encore d’après les déclarations du gouverneur de la Banque du Canada1. Dans la région de Montréal, l’emploi, qui est en général un indicateur précurseur de la demande sur le marché immobilier, a progressé de 12 400 postes depuis un an.

Vaudreuil-Soulanges fait bonne figure.

Les ventes des trois catégories de propriétés ont évolué différemment dans la RMR de Montréal au premier trimestre de 2014 : les ventes d’unifamiliales ont connu le statut quo, avec 5 915 transactions ; les ventes de copropriétés ont diminué de 8 %, pour un total de 2 824 unités ; et les ventes de plex ont légèrement progressé (+1 %) pour atteindre 879 ventes.

Sur le plan géographique, le secteur de Vaudreuil-Soulanges s’est démarqué en étant le seul à afficher une hausse significative des ventes au premier trimestre de 2014, avec 16 % d’augmentation (475 transactions). L’île de Montréal a également tiré son épingle du jeu avec une progression de 1 %, pour un total de 3 553 transactions. Les autres secteurs n’ont pas échappé à la tendance baissière : la Rive-Nord a affiché un recul de 2 % (2 408 ventes), tandis que Laval (1 051 ventes) et la Rive-Sud (2 136 ventes) ont connu des diminutions plus marquées de l’ordre de 8 % et de 9 % respectivement.

Parmi les sous-secteurs ayant enregistré de bons résultats au chapitre des ventes au cours des trois premiers mois de l’année, on retrouve notamment Soulanges-sud (+40 %), Villeray (+27 %), Ville-Marie (+23 %) et Lachine/Lasalle (+17 %). Sur une note moins positive, tous les secteurs de la Rive-Sud ont enregistré des baisses de ventes, mis à part celui de Saint-Hubert qui a plutôt connu une certaine stabilité.

Propriétés à vendre : tendance à la hausse depuis la fin de 2010

conditionsmarcheuniLe nombre d’inscriptions en vigueur a augmenté de 9 % par rapport aux trois premiers mois de 2013. Cette tendance à la hausse s’observe depuis maintenant quatorze trimestres consécutifs dans la RMR de Montréal. Géographiquement, l’offre de propriétés, toutes catégories confondues, a progressé dans tous les secteurs, mais Laval et la Rive-Nord ont enregistré les croissances les plus fortes, avec des hausses de l’ordre de 13 % à ce chapitre. Par catégorie, la plus forte progression des inscriptions est venue encore une fois de la copropriété (+12 %). L’unifamiliale a aussi connu une hausse considérable de 9 %, tandis que l’augmentation ne fut que de 1 % pour le plex.

stat 2014-1q

La copropriété, un marché à la faveur des acheteurs

Les conditions du marché de la copropriété se sont détendues au cours des trois dernières années dans la grande région de Montréal et ont même basculé à l’avantage des acheteurs l’an dernier. Au cours des mois de janvier à mars 2014, le nombre de mois d’inventaire pour la copropriété a encore quelque peu augmenté à 13 mois, reflétant toujours un marché légèrement à la faveur des acheteurs lors des négociations. Le marché de l’unifamiliale s’est lui aussi détendu : autrefois à l’avantage des vendeurs, le marché s’est équilibré depuis le deuxième trimestre de 2013. Le nombre de mois d’inventaire au premier trimestre de 2014 atteignait 9 mois, un sommet en 14 ans. Certains sous-secteurs de la RMR de Montréal représentent toujours un marché à l’avantage des vendeurs, mais ceux-ci sont cependant de moins en moins nombreux : c’est le cas, notamment, de Mercier/Hochelaga-Maisonneuve, avec 6 mois d’inventaire, ainsi que de l’Ouest-de-l’Île-Sud, de Sainte-Rose, de Boisbriand/Sainte-Thérèse, de Saint-Hubert et de Sainte-Julie, avec 7 mois d’inventaire. Finalement, le marché du plex est demeuré équilibré, avec un inventaire de 9 mois.

Raffermissement des prix pour la copropriété

À l’échelle de la région métropolitaine de Montréal, c’est la copropriété qui a enregistré la plus forte augmentation de son prix médian (+2 %) au premier trimestre de 2014, la moitié des unités s’étant vendue à un prix supérieur à 225 000 $. Cette hausse fait suite à deux trimestres de légères baisses de prix. Les prix des maisons unifamiliales (275 000 $) et des plex (425 000 $) ont pour leur part connu une légère hausse de leur prix médian de 1 %.

Les sous-secteurs qui ont enregistré les meilleurs résultats au premier trimestre en ce qui a trait à la croissance du prix des unifamiliales sont Brossard (+7 %) et Lachine/Lasalle (+7 %). À l’opposé, les secteurs du Sud-Ouest (-13 %) et de l’Île-Perrot (-13 %) sont ceux qui ont connu les baisses de prix les plus marquées pour cette catégorie. Du côté de la copropriété, la palme de la plus forte hausse revient au secteur Centre de l’île de Montréal (494 000 $), qui a vu son prix médian grimper de 23 % par rapport aux trois premiers mois de 2013. Les copropriétés du secteur Ville-Marie (262 750 $) ont quant à elles subi la plus forte baisse de prix, avec un recul de 12 %.

Pour plus de détails par secteurs consultez : http://cms.centris.ca

Marché hypothécaire: les prêteurs québécois sous pression

Une étude de JLR Recherche immobilière révèle que les leaders du prêt hypothécaire au Québec n’ont pas progressé depuis 10 ans. PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Les parts de marché des principales institutions financières québécoises ont soit reculé, soit fait du surplace depuis 10 ans dans le créneau stratégique des prêts hypothécaires, révèle une récente étude.

Que ce soit Desjardins, la Banque Nationale ou la Laurentienne, aucune des trois principales institutions financières n’a gagné de terrain dans le marché des hypothèques entre 2004 et 2013, en fonction de la base de calcul retenue par la firme montréalaise de collectes de données JLR Recherche immobilière.

L’étude, qui dresse le portrait de la situation concurrentielle dans les principales régions du Québec, a été présentée récemment devant l’Association des prêteurs hypothécaires du Grand Montréal et elle a suscité, au dire de JLR, un grand intérêt.

Recul des leaders

À l’échelle de la province, l’étude révèle que la part de marché de la Banque Nationale (BN) en ce qui a trait au nombre de prêts émis durant l’année recule de 2 points de pourcentage et celle de Desjardins, de 1,2 point. Quant à la Laurentienne, elle a maintenu sa part de marché au cours de la période.

«Ce sont des résultats plausibles», reconnaît Nicolas Fréchette, conseiller principal en financement habitation chez Desjardins. L’institution financière se sert des données de JLR depuis deux ans, signe de leur utilité, souligne-t-il.

Desjardins et la Nationale sont les deux principaux prêteurs hypothécaires au Québec, avec respectivement 35% et 13% du marché en 2013, selon JLR. Outre ces deux leaders qui ont subi une érosion de leur part de marché par rapport à 2004, la CIBC, discrète depuis des années dans la province, est l’autre grande perdante, laissant 2 points de pourcentage sur la table.

Le recul de ces trois institutions a bénéficié principalement à BMO qui avance de 1,1 point. Ses gains se concentrent à Montréal, à Gatineau et à Sherbrooke. Les autres gagnants sont les prêteurs non traditionnels, au premier chef Manuvie et First National qui ajoutent respectivement 2,3 points et 1,5 point à leur part de marché respective.

«Manuvie croît à un rythme plus rapide que le marché hypothécaire dans son ensemble», dit Lise Roy, vice-présidente régionale aux ventes pour l’Est du Canada, dans un courriel. Elle y soutient que son réseau de distribution, qui repose sur des conseillers financiers indépendants et la commercialisation de produits novateurs comme Manuvie Un, un compte intégré incluant le prêt hypothécaire et le compte chèques, contribuent à son succès.

Le recul des prêteurs traditionnels, jumelé à la montée des prêteurs sans succursale, s’expliquerait en partie, selon M. Fréchette, de Desjardins, par le resserrement des critères de crédit appliqué par les prêteurs dominants à partir de 2008. La frange des clients plus à risque serait ainsi passée du côté des prêts non traditionnels, avance-t-il en guise d’explication.

Le recours aux services de courtier hypothécaire par les propriétaires domiciliaires a aussi joué un rôle dans la popularité des prêteurs non traditionnels, d’autant que les principaux prêteurs (Desjardins, Royale, BMO) ont limité leurs relations avec les courtiers hypothécaires pendant la période étudiée.

JLR a compilé les prêts hypothécaires – résidentiels et non résidentiels – émis au Québec pendant l’année 2013 en fonction des prêteurs et a ensuite comparé les résultats avec la situation qui prévalait en 2004.

Volume de prêts

Notons que les institutions financières analysent les parts de marché en fonction du volume de prêts, et non pas en fonction du nombre de transactions. C’est le cas de la Banque Nationale, qui arrive à des résultats différents de ceux de JLR.

«Nos parts de marché ont progressé en 2013 au Canada, soutient Marie-Pierre Jodoin, porte-parole de la BN. Nous avons déployé une nouvelle plateforme hypothécaire au sein de notre réseau durant l’année 2013. Le traitement rapide des demandes nous donne un avantage concurrentiel», dit-elle.

Mme Jodoin n’a pas voulu commenter les résultats régionaux, notamment à Gatineau où l’étude de JLR montre une baisse de plus de 6 points de pourcentage de la part de marché de la BN entre 2004 et 2013. La Nationale est passée du 2e au 5e rang des prêteurs hypothécaires dans cette région.

Pour sa part, Desjardins essuie un recul dans la région de Québec et de Lévis, là où se trouve pourtant son siège social. «La vitalité des mises en chantier à Québec dans les dernières années a attiré les concurrents, dit M. Fréchette. Nous sommes néanmoins satisfaits d’y détenir encore aujourd’hui 42% du marché hypothécaire.»

Desjardins domine l’ensemble des marchés régionaux, mais son avance est plus ténue à Montréal et en Outaouais, où la concurrence des banques canadiennes est vive.

Parts de marché hypothécaire

MONTRÉAL, 2013 (%)
Desjardins 22
Royale 12
Banque Nationale 11
BMO 11
TD Canada Trust 11
Autres 33

Source : http://affaires.lapresse.ca/

Immobilier: les Montréalais reprennent le goût d’acheter

home-soldLa confiance des propriétaires montréalais pourrait redonner un peu de tonus au marché de la copropriété, selon un sondage effectué par Pollara pour le compte de la Banque de Montréal.

Les propriétaires montréalais sont 63% à vouloir acheter une propriété d’ici cinq ans. C’est une augmentation de 13 points de pourcentage par rapport à l’an dernier.

En comparaison, 44% des propriétaires canadiens ont le même objectif, en légère baisse par rapport à l’an dernier.

L’ARTICLE COMPLET : http://www.lesaffaires.com

CREA Housing Market Report 12th edt. 2013 / Rapport sur le marché du logement de l’ACI 12e édt. 2013

According to statistics released today by The Canadian Real Estate Association (CREA), national home sales activity posted its third consecutive month-over-month decline in December 2013.

Highlights:

– National home sales fell 1.8% from November to December.
– Actual (not seasonally adjusted) activity stood 12.9% above weak December 2012 levels.
– The number of newly listed homes dropped 4.3% from November to December.
– The Canadian housing market remains in balanced territory.
– The national average sale price rose 10.4% on a year-over-year basis in December.
– The MLS® Home Price Index (HPI) rose 4.3% year-over-year in December.

Selon les statistiques ubliées aujourd’hui par l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), les ventes résidentielles ont affiché une baisse d’un mois à l’autre pour le troisième mois d’affilée, à l’échelle nationale, en décembre 2013.

Faits saillants :

– Les ventes résidentielles nationales ont chuté de 1,8 % de novembre à décembre.
– Les ventes réelles (non corrigées des variations saisonnières) étaient de 12,9 % supérieures aux niveaux rapportés en décembre 2012.
– Le nombre de nouveaux mandats a baissé de 4,3 % de novembre à décembre.
– Le marché de l’habitation canadien demeure en position d’équilibre.
– Le prix de vente moyen au Canada a grimpé de 10,4 % d’une année à l’autre en décembre.
– L’Indice des prix des propriétés MLS® (IPP MLS®) a augmenté de 4,3 % d’une année à l’autre en décembre.

2013 Montreal’s housing market

bmoBMO Economics Housing Report: Montreal a Buyers’ Market Amid Cooler Sales.

Montreal’s housing market has improved in the past year, according to a new report on Canada’s major housing markets from BMO Economics.

The report, titled “Canadian Housing Update: Tale of Four Cities”, examines the state of the housing markets in Canada’s four largest cities: Vancouver, Calgary, Toronto and Montreal.

“While sales in Montreal are still 9 per cent below past decade norms, they have risen 2 per cent in the past year,” said Sal Guatieri, Senior Economist, BMO Capital Markets. “Support from decent affordability and job growth has countered lower population gains. An upswing in new listings has kept buyers in the driver’s seat, unlike in the other major cities. This is especially true for the new condo market, where a moderate overhang of unsold units persists.”

Despite appreciating 155 per cent since 2001, affordability remains healthy for Montrealers. “Benchmark prices run at four-times family income, and mortgage service costs consume a reasonable 23 per cent of earnings – less than half that of Vancouver,” noted Mr. Guatieri. “First-time buyers in Toronto and Vancouver can only cry over the cost of a two-story detached home in Montreal: $382,000 versus $565,000 in the Greater Toronto area and $1,030,000 in the Greater Vancouver area. Montreal should remain affordable even when rates normalize.”

Mr. Guatieri stated that Montreal’s house prices are expected to hold steady in 2014. “With fewer detached homes built, condo construction flourished in recent years, leaving the city with a moderate overhang of vacant units – more than in Toronto. While condo sales have picked up recently, they remain soft, as investors are wary of a higher condo rental vacancy rate.”

According to François Hudon, Senior Vice President, BMO Bank of Montreal and Co-Head Specialized Sales North America, prospective buyers should take advantage of current market conditions in Greater Montreal and prevailing low interest rates.

“BMO experts, including mortgage specialists, can accompany first-time homebuyers, as well as all customers, through the purchasing and financing process, and we invite potential buyers to meet with us and pre-qualify for a mortgage suited to their personal financial situation,” said Mr. Hudon.

BMO Housing Market Scorecard for Four Major Cities and Canada

Calgary Toronto Vancouver Montreal Canada
Market Balance Sellers Balanced Balanced Buyers Balanced
Existing Sales (y/y % change) 23.0 19.7 50.3 2.0 12.3
Sales vs. 10-year Mean (% change from average) 19.8 8.9 -3.0 -9.1 3.0
Prices (y/y % change) 7.6 4.1 -0.8 2.4 8.5
Prices vs. Family Income (ratio of annual family income) 4.1 6.6 8.3 4.1 5.0
Mortgage Service Costs (% of family income) 23.1 39.3 50.2 23.1 29.0
Median Family Income 100,500 72,400 72,800 73,200 76,700

The full report featuring the complete and sourced version of the scorecard above, can be downloaded at www.bmocm.com/economics.

Source : BMO Economics